Aller au contenu principal
Événement
  • 30.05.2022

Sommet Transforming Education – deuxième consultation publique sur le document de travail sur les enseignants

Veuillez vous inscrire ici.

Dans la préparation du sommet Transforming Education 2022, deux consultations publiques sont organisées dans le cadre de la piste d'action thématique 3 sur "Les enseignants, l'enseignement et la profession enseignante".

La première consultation mondiale tenue le 24 mai a donné lieu à une discussion sur le projet de document de travail et s'est concentrée sur les pénuries d'enseignants, les conditions de travail et la préparation des enseignants et la formation et le développement du leadership des enseignants.

La deuxième consultation approfondira ces sujets et se concentrera sur deux questions :

  1. Quelles pratiques nationales, régionales et internationales ont réussi à relever ces défis ? Lesquelles peuvent être étendues pour être recommandées en tant qu'initiatives mondiales ?
  2. Quelles initiatives, partenariats et coalitions existants ou futurs possibles peuvent être développés pour apporter la transformation que nous recherchons ?

La piste d'action thématique 3 du Sommet Transformer l'éducation sur « Les enseignants, l'enseignement et la profession enseignante » abordera les questions clés suivantes : (a) remédier aux pénuries d'enseignants ; (b) améliorer les conditions de travail et professionnelles des enseignants ; (c) améliorer la préparation et la formation des enseignants et (d) favoriser le leadership des enseignants. Il identifiera les interventions politiques réussies, compilera un catalogue de bonnes pratiques pour inspirer et, surtout, mobilisera la communauté mondiale de l'éducation pour prendre des engagements concrets et agir, en s'appuyant si possible sur les initiatives, partenariats et coalitions existants.

Il est dirigé par des représentants de deux États membres (Nigéria et Roumanie) et l’Équipe spéciale internationale sur les enseignants pour Éducation 2030 qui a été officiellement désignée comme co-responsables de cette piste d'action. Le travail de la piste d'action est soutenu par l'équipe d'appui des Nations Unies, composée de l'Organisation internationale du travail (ancre) et de l'UNESCO (suppléant), de l'UNICEF, du HCR, de l'UNRWA et de la Banque mondiale.

Blog
  • 25.05.2022

Repenser l’avenir : renforcer les capacités de recherche et de collaboration des enseignants au moyen d’une réforme du programme de formation des enseignants

Cet article de blog a été rédigé par Maria Teresa Tatto de l’Arizona State University et a été préparé pour le Secrétariat de l’Équipe spéciale internationale sur les enseignants pour Éducation 2030. Il a été initialement publié sur le site Futures of Education Ideas Lab le 23 mai 2022.


Les perturbations mondiales, qu’elles soient technologiques, économiques, sociales ou écologiques, représentent un défi en matière d’éducation durable. Pour relever ce défi, il faut repenser la façon d’organiser et de dispenser l’enseignement. En réponse, la Commission internationale sur Les futurs de l’éducation a produit un rapport essentiel, intitulé Repenser nos futurs ensemble : un nouveau contrat social pour l’éducation, qui regroupe des contributions fournies par des élèves, des enseignants, des gouvernements et la société civile. Dans un esprit d’optimisme et d’exploration du champ des possibles, le rapport appelle les sociétés à agir de toute urgence pour orienter la transformation de l’éducation, maintenant et à l’avenir.

Le rôle des enseignants pour repenser l’éducation

Le rapport met en avant le rôle transformateur et central que jouent les enseignants pour repenser l’éducation. En effet, ils contribuent à incarner la pédagogie et les programmes d’études et jouent également le rôle de médiateurs dans les opportunités d'éducation vers l’inclusion et le développement durable. Le rapport incite à renforcer l’enseignement en tant que profession et appelle les enseignants à « assumer leurs fonctions » des manières suivantes :

  1. en travaillant de manière collaborative pour fournir à chaque élève le soutien dont il a besoin pour apprendre ;
  2. en mettant en œuvre programme d'études à l’aide de pédagogies participatives et coopératives tout en gérant la technologie numérique ; et
  3. en menant des recherches éducatives pour réfléchir à leurs pratiques et produire des connaissances.

Pour aider les enseignants à jouer ce rôle central, le rapport préconise que le développement professionnel des enseignants soit un continuum riche et dynamique d’apprentissage et d’expériences. Il appelle à la solidarité publique concernant les changements plus que nécessaires à apporter aux politiques relatives à la sélection, à la préparation, aux parcours professionnels et à l’organisation des enseignants et de la profession enseignante.

L’enseignement en tant que profession collaborative et fondée sur des recherches

Les priorités définies par le rapport de la Commission sont louables et urgentes. Cependant, d’autres éléments de considération pourraient lui apporter une nuance supplémentaire, si on leur accordait plus d’importance. Le rapport pourrait relever que les programmes de formation des enseignants devront être réformés pour mieux les aligner sur les nouvelles attentes relatives aux connaissances et aux rôles des enseignants. Il est aussi important de reconnaître que l’enseignement est par nature collaboratif, et le rôle des élèves dans cette collaboration devrait être pris en compte. Par ailleurs, il convient de réfléchir davantage à ce qui est nécessaire pour préparer correctement les enseignants à jouer un rôle essentiel dans la production de connaissances et la recherche éducative.

Réformer le programme de formation des enseignants

À juste titre, le rapport recommande que les enseignants travaillent plus souvent en équipe, participent davantage à la production de connaissances, à la réflexion et à la recherche, et prennent part au débat public, au dialogue et à la politique éducative. Cependant, pour y parvenir, un examen transnational approfondi des programmes de formation des enseignants peut s’avérer nécessaire Un tel examen pourrait contribuer à définir quelles sont les possibilités d’apprentissage qui existent dans les programmes de formation des enseignants et qui peuvent soutenir l’autonomie et la solidarité des enseignants en tant que nouveau fondement dans des pays différents. La recherche peut illustrer en quoi, où et si les enseignants futurs et actuels sont prêts à s’impliquer profondément dans ces travaux critiques pendant leur formation initiale, leur développement professionnel continu et au-delà. Parmi les exemples encourageants, on peut citer les approches testées empiriquement dans des contextes en développement, telles que la Escuela Nueva Activa (ENA) et d’autres modèles d’apprentissage actif comme les classes inversées.

En outre, étant donné que les enseignants doivent se préparer à intégrer tout un éventail de nouvelles compétences dans leurs profils professionnels, une attention accrue doit être portée à d’autres formes de soutien aux enseignants. Par exemple, pour remettre en question les listes prescriptives de « choses à faire » qui, par le passé, ont caractérisé les politiques enseignantes descendantes, les enseignants doivent être en capacité d’utiliser leur voix, leur autonomie et le dialogue social par l’intermédiaire de leurs représentants ou syndicats officiels. De plus en plus, les enseignants doivent jouer un rôle de premier plan en tant qu’administrateurs et professionnels en matière d’autonomie pédagogique, de recherche et de participation publique.

Reconnaître l’importance de la collaboration entre les enseignants et les élèves

Par définition, l’enseignement n’a jamais été une pratique solitaire. En général, les enseignants collaborent non seulement entre eux mais aussi avec leurs élèves. Une étude précédente montre que l’enseignement est par nature interactif et collaboratif avec les élèves. Tous les enseignants ne gèrent pas cette ressource avec efficacité, mais un enseignement réussi passe par le respect de normes de bonne pratique telles que « obtenir et maintenir l’ordre dans la classe ainsi qu’une activité ciblée, éveiller l’attention et l’intérêt des élèves, veiller à ce que les élèves sachent ce qu’ils doivent faire, à ce qu’ils comprennent le contenu des leçons, etc. »[1]. Tout en reconnaissant l’importance de la collaboration entre les enseignants, le rapport ne tient pas compte des élèves en tant que ressource fondamentale et passe à côté d’une constatation importante : les élèves peuvent s’enseigner les uns aux autres et s’évaluer mutuellement et le font souvent, améliorant ainsi la réussite académique. Des enseignants compétents peuvent utiliser des évaluations formatives pour soutenir cette pratique, créant ainsi de véritables communautés d’apprentissage dans leurs classes. Cet aspect de l’éducation pourrait devenir une autre dimension du nouveau contrat social pour l’éducation : soutenir l’autonomie des élèves dans leur apprentissage ainsi que la collaboration avec les enseignants et les autres élèves pour favoriser de meilleurs réseaux d’apprentissage plus larges

Renforcer les capacités de recherche des enseignants

Il est également essentiel de mener une recherche collaborative à l’échelle mondiale, dans laquelle des enseignants, des formateurs d’enseignants et des chercheurs de différentes disciplines explorent divers modèles éducatifs. cette recherche devraient constituer une première étape en vue de mettre en œuvre un nouveau contrat social pour l’éducation. Il conviendrait de mettre l’accent sur la recherche-action en classe pour un changement dirigé par les acteurs et  qui serait efficace : ce terme fait référence à des méthodes de recherche évaluatives, d’enquête et analytiques conçues pour diagnostiquer des problèmes ou des failles et aider les éducateurs à élaborer des solutions concrètes. En parallèle, les enseignants doivent aussi participer davantage aux recherches académiques systématiques afin d’assurer un contrôle approprié et de permettre aux éducateurs d’influencer les politiques. Étant donné que ces deux types de recherches sont essentiels pour aider les professionnels, y compris les enseignants, à repenser un avenir meilleur pour l’éducation, il est crucial de renforcer les capacités des professionnels à mener des recherches-action et des recherches systématiques. Ces compétences sont différentes de celles nécessaires pour garantir un enseignement réfléchi, mais elles ne seront pas moins indispensables au travail professionnel des enseignants en vue de développer des pratiques d’enseignement souples et adaptées au contexte.

Crédit photo: Davide Bonaldo/Shutterstock.com

Événement
  • 13.05.2022

2e Conférence Internationale sur les KIX LAC

L'Éducation Post Pandémique

Comment l'ensegneiment a-t-il été transformé?

Réponses et innovation pour assurer un processus d'apprentissage intégral en Amérique Latine et dans les Caraïbes

Veuillez vous inscrire ici.

La pandémie et les fermetures d'écoles ont entraîné une perte d'apprentissage sans précédent, qui est l'un des principaux défis auxquels la région commence à être confrontée à court terme, et que les communautés éducatives abordent déjà à mesure que les systèmes éducatifs commencent à faire revenir les élèves et les enseignants dans les écoles. 

En ce sens, le Centre d'échange de connaissances et d'innovation en Amérique latine et dans les Caraïbes - KIX LAC - , une initiative mise en œuvre par SUMMA, le premier laboratoire de recherche et d'innovation en éducation pour l'Amérique latine et les Caraïbes en partenariat avec l'Organisation des États des Caraïbes orientales - OECO -, avec le soutien du Partenariat mondial pour l'éducation - PME - et du Centre de recherches pour le développement international - CRDI, réunissent des praticiens et/ou des experts universitaires de haut niveau pour discuter des stratégies, de la recherche et des innovations permettant de relever les défis de la reprise complète de l'apprentissage dans une perspective mondiale, régionale et nationale. 

D'un point de vue mondial, la conférence présentera le point de vue de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sur les scénarios envisagés pour l'éducation future, ainsi que des expériences concrètes pour répondre aux défis posés par la pandémie. Il sera complété par le travail que SUMMA et l'OECS effectuent en collaboration avec les pays et les responsables de l'éducation de la région.


Plus précisément, la conférence présentera les progrès et les résultats de différents projets mis en œuvre par des institutions non gouvernementales qui font partie de l'écosystème KIX en Amérique latine et dans les Caraïbes, en abordant les priorités éducatives suivantes : stratégies pour la promotion de l'égalité des sexes et la prévention de la violence sexiste dans les écoles rurales (réseau CLADE), soutien à l'alphabétisation et à la lecture dans les écoles primaires (World Vision Canada), modèles d'apprentissage à distance et mixte (Fondation Ceibal), systèmes de développement professionnel des enseignants (SUMMA - FIT-ED), l'utilisation des données pour améliorer l'équité et l'inclusion dans l'éducation (UNICEF), l'évaluation à échelle commune de l'apprentissage précoce des mathématiques (PAL Network), le mentorat par les pairs des enseignants et des chefs d'établissement pour une éducation rurale équitable (Education 2020 Foundation), la formation des enseignants et l'extensibilité des innovations éducatives (Université d'État d'Haïti).

Voir l'ourdre du jour et et plus d'informations ici.

Interprétation en anglais, espagnol et français sera disponible.

Blog
  • 27.04.2022

L'innovation des enseignants est essentielle pour des systèmes éducatifs résilients : leçons tirées du Forum de dialogue politique 2021

Rédigé par Carlos Vargas Tamez, Chef du secrétariat de l’Équipe spéciale internationale sur les enseignants pour Éducation 2030 et Chef de la Section pour le développement des enseignants (UNESCO) et Anna Conover, consultante.

Cet article a été publié pour la première fois par le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE) le 22 avril 2022.


Les crises imprévues, telles que la pandémie de COVID-19, et les conflits violents nous rappellent que les enseignants et les systèmes éducatifs doivent être en mesure de s’adapter rapidement à un contexte changeant afin de répondre aux besoins des enfants et des jeunes en matière d’apprentissage. La capacité à innover représente l’une des clés de la construction de systèmes éducatifs résilients. S’inspirant des nombreuses innovations auxquelles la pandémie a donné lieu dans le secteur de l’éducation, l’Équipe spéciale sur les enseignants a choisi « L’innovation dans les politiques et les pratiques enseignantes au service du redressement de l’éducation » comme thème de son 13ème Forum de dialogue politique, qui s’est déroulé à Kigali (Rwanda) et en ligne, les 2 et 3 décembre 2021.

Cet article présente certains des principaux sujets abordés au cours du Forum, notamment l’innovation dans l’enseignement et l’apprentissage, dans la formation des enseignants et dans les politiques. Le Rapport final, publié récemment, en présente un résumé.

L’autonomie des enseignants est essentielle pour une innovation significative dans l’enseignement et l’apprentissage

Les enseignants sont les mieux placés pour évaluer les conditions de leur propre classe. En fonction de celles-ci, ils innovent et adaptent leur pratique, mais souvent leurs innovations restent méconnues. Le Forum a souligné la nécessité de promouvoir l'autonomie et la capacité d'action des enseignants, c’est-à-dire leur capacité à agir de manière indépendante, afin de favoriser la mise en œuvre d'innovations pédagogiques significatives. Or, les enseignants ont besoin de formations, de ressources suffisantes, de bonnes conditions de travail et de soutien pour acquérir l’autonomie et les moyens d’action requis pour créer, mettre en œuvre et évaluer de nouvelles façons d’enseigner qui amélioreront l’apprentissage et le bien-être des élèves.

Insistant sur le fait que l’enseignement et l’apprentissage reposent sur les relations, les participants au Forum ont donné des exemples de méthodes novatrices utilisées par les enseignants pour collaborer avec leurs pairs et les parents pendant la pandémie. Par exemple, en réponse à la fermeture des écoles, la Commission des services des enseignants du Kenya a fournis aux éducateurs des conseils sur la manière de soutenir leurs collègues et d’offrir un soutien psychosocial aux familles et aux élèves. En plus de discuter de leurs pratiques d’enseignement, les éducateurs ont ainsi pu échanger des ressources entre eux et avec les familles des élèves. les principaux enseignements tirés de cette expérience sont désormais pris en compte dans les politiques kenyanes de soutien à l'apprentissage en ligne et au développement professionnel des enseignants.

Les innovations utilisant des technologies numériques doivent être adaptées à chaque contexte

Les participants au Forum ont également discuté du rôle des technologies numériques dans l’innovation, soulignant l’importance de les adapter au contexte et aux besoins plutôt que de recourir à des solutions universelles. Si la pandémie a décuplé le besoin d’innover à l’aide de technologies, satisfaire aux exigences d’une éducation équitable, inclusive et de qualité nécessite également d’évaluer, de déployer à plus grande échelle et de perfectionner les innovations apportées. Par ailleurs, il est important que les technologies numériques ne reprennent pas le modèle d’apprentissage mécanique et passif qui entraîne une uniformisation excessive. Elles doivent plutôt être conçues et mises en œuvre suivant une variété d’approches qui permettent de faciliter l’emploi de méthodes pédagogiques axées sur les élèves et la réforme de l’éducation.

La formation des enseignants doit être intégrée à des parcours professionnels définis

La formation continue des enseignants doit faire partie intégrante de leur parcours professionnel, et aligné sur les normes et les systèmes de responsabilisation des enseignants. Les participants au Forum ont étudié la nécessité pour les pays de ne pas introduire d’innovations fragmentées, c’est-à-dire non conformes aux principes communément admis. Pour ce faire, les pays devront accorder les différents niveaux d’enseignement et faire coïncider la formation initiale et continue des enseignants. Il sera aussi nécessaire d’améliorer l’harmonisation des programmes scolaires existants, de la formation continue des enseignants et de l’évaluation des élèves afin que ces derniers obtiennent de meilleurs résultats.

Compte tenu des enseignements tirés de la pandémie, les enseignants devraient également être formés au moyen de programmes d’apprentissage entre pairs et de mentorat. Plus particulièrement, la formation des enseignants doit leur fournir des compétences de réflexion et de recherche qui les préparent à apprendre tout au long de leur vie et les rendent capables d’adapter leurs pratiques en fonction de l’évolution du contexte, tout comme de répondre aux besoins évolutifs des élèves. Les établissements de formation des enseignants et de recherche sur l’éducation ont un important rôle à jouer dans le soutien à un tel dialogue continu, notamment lorsqu’il s’agit de relever les défis dus à des transformations rapides.

L’innovation dans l’élaboration des politiques doit être inclusive et collaborative

Les enseignants doivent participer aux prises de décision et à l’adoption des politiques. L’un des exemples présentés au cours du Forum est l’élaboration par le Ghana d’une politique nationale globale relative aux enseignants, que le bureau de l’Équipe spéciale sur les enseignants dans le pays a coordonné en collaboration avec le Service d'éducation du Ghana, des partenaires de développement et d’autres acteurs. Ce processus collaboratif a instauré un cadre de dialogue social avec les enseignants et leurs représentants aux niveaux local, du district et national.

Les politiques doivent également être fondées sur des données qui reflètent les réalités du concrètes. Il L'innovation sur le terrain peut être renforcée par la participation des enseignants à la collecte et à l'analyse des données. Avec une formation adéquate, les enseignants et les chefs d'établissement peuvent utiliser les données pour évaluer leurs propres pratiques et relever les défis dans leurs propres écoles. Un exemple d’utilisation novatrice des données vient de la Gambie, dont les écoles déterminent leurs propres indicateurs et objectifs au moyen d’un processus consultatif auquel participent notamment les enseignants, les parents, les élèves et leurs communautés.

Les politiques doivent trouver un équilibre entre des cadres clairs et la souplesse nécessaire pour répondre aux conditions locales

Les innovations en matière de politique relative aux enseignants présentées au cours du Forum portaient notamment sur l’établissement de nouvelles formes de partenariats avec des organisations de la société civile et des organismes de financement. Par exemple, un atelier inédit organisé par l’UNESCO et l’Équipe spéciale sur les enseignants a réuni des décideurs politiques de différents pays afin d’éclairer la mise en place d’un conseil national de l’enseignement à Saint-Kitts-et-Nevis. Plutôt que d’imposer une approche unique, cette démarche a permis aux décideurs d’étudier différents types de structures nationales en plus des rôles assumés par un certain nombre de pays à revenu faible ou élevé avant la création de leur propre conseil national des enseignants.

Les enseignants sont indispensables aux innovations nécessaires pour « reconstruire en mieux » au lendemain de la pandémie de COVID-19. Leur professionnalisme doit toutefois être reconnu et soutenu, de même que les mesures expérimentales et d’adaptation doivent s’inscrire dans des cadres politiques clairs. Les gouvernements, les institutions de formation des enseignants et les autres acteurs doivent trouver un équilibre entre la structuration et l’accord d’une marge suffisante afin d’encourager les innovations ascendantes (sur le terrain) et descendantes (concernant l’ensemble du système), de manière qu’elles puissent contribuer à garantir une éducation équitable, inclusive et de qualité pour tous.

Téléchargez le Rapport final du Forum de dialogue politique sur l’innovation dans les politiques et les pratiques enseignantes au service du redressement de l’éducation.

Crédit photo : GPE/Alexandra Humme