Aller au contenu principal

Situations d’urgence : soutenir les enseignants grâce à des politiques adaptées aux crises

/

Rédigé par Karen Mundy, Directrice de l’Institut international de planification de l’éducation (UNESCO) et Carlos Vargas-Tamez, Chef du Secrétariat de l’Équipe spéciale internationale sur les enseignants pour Éducation 2030 et Chef de la Section pour le développement des enseignants (UNESCO).


Les événements qui se déroulent actuellement en Ukraine nous rappellent brutalement que des crises peuvent frapper n’importe où, n’importe quand. Par ailleurs, d’autres crises en cours telles que la pandémie de COVID-19 ainsi que divers conflits et catastrophes à travers le monde, y compris ceux dus aux changements climatiques, menacent la continuité et la qualité de l’éducation, en particulier pour les personnes déplacées. En 2021, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a indiqué que plus de 84 millions de personnes dans le monde avaient été contraintes de quitter leur lieu de vie. En 2022 ce chiffre devrait augmenter, car plus d’un million et demi d’enfants ont déjà fui l’Ukraine.

Les systèmes éducatifs sont-ils prêts à réagir ?

Les systèmes éducatifs ne sont généralement pas suffisamment préparés à faire face aux crises, qu’il s’agisse d’accueillir l’arrivée soudaine des enfants réfugiés, d’assurer la sécurité des apprenants et des enseignants, ou de devoir passer rapidement à l’apprentissage à distance. De nombreux pays des plans de préparation, réponse et rétablissement après aux crises font défaut, ce qui risque d’aggraver des situations déjà chaotiques, et laissent les intervenants de première ligne avec peu d’orientations et des équipements limités pour réagir efficacement.

Les établissements scolaires et leurs communautés sont trop souvent directement ciblés par les attaques. Entre 2015 et 2019, plus de 8 000 élèves, enseignants et autres membres du personnel d’établissements scolaires de 37 pays touchés par des conflits ont été tués, blessés, enlevés, menacés, arrêtés ou détenus, selon la Coalition mondiale pour la protection de l’éducation contre les attaques. D’après de nombreux rapports, les écoles feraient l’objet d’attaques en Ukraine.

Comme la pandémie de COVID-19 l’a montré, les enseignants, qui sont eux-mêmes touchés par la crise, assument souvent un rôle de soutien essentiel auprès de leurs collègues et de leurs élèves. Ils peuvent favoriser un sentiment de sécurité et de normalité, tout en apportant aux familles et aux communautés des informations importantes. Leur soutien aux apprenants est fondamental. Toutefois, les enseignants ne peuvent exercer ce rôle que si leurs besoins sont d’abord satisfaits. 

Par exemple, ils doivent disposer des outils nécessaires pour enseigner dans des conditions de plus en plus difficiles (infrastructures endommagées, classes en sureffectif…). Ils doivent aussi pouvoir adapter les méthodes pédagogiques aux apprenants habitués à des systèmes éducatifs utilisant d’autres programmes et d’autres langues. Comme les enseignants sont touchés par les crises de diverses manières, ils doivent également recevoir un accompagnement psychosocial, matériel et financier adéquat afin de pouvoir soutenir les apprenants. 

Soutenir les systèmes éducatifs afin d’élaborer des politiques enseignantes adaptées aux crises

Si nous voulons que les enseignants puissent assumer un rôle essentiel de soutien et de protection afin de garantir une éducation inclusive et de qualité, et de promouvoir la cohésion sociale et la résilience, il est essentiel de tenir compte des situations d’urgence et de crise lors de l’élaboration et de la mise en œuvre des politiques enseignantes nationales. Cela implique d’anticiper et de relever les défis du recrutement, du déploiement, de la rétention et de la formation des enseignants, tout en veillant à leur bien-être, à la sécurité de leur emploi et à ce qu’ils disposent de conditions de travail sûres, dans un environnement favorable.

En 2021, les organisateurs de l’Initiative norvégienne sur les enseignants ont rejoint l’Équipe spéciale sur les enseignants et l’Institut international de planification de l’éducation de l’UNESCO. Ensemble, ils ont mis au point un nouveau module qui reconnaît le rôle important joué par les enseignants dans la préparation et la réponse à ces situations et vise à éclairer l’élaboration et la mise en œuvre de politiques enseignantes nationales adaptées aux situations d’urgence et de crise.

Ce nouveau module complète le Guide pour l’élaboration d’une politique enseignante de 2019. Il souligne la nécessité de mettre en place des politiques enseignantes adaptées aux crises pour accroître la résilience des systèmes éducatifs en veillant à ce que les acteurs de l’éducation soient mesure de se préparer et de répondre aux crises. Il aborde les différentes dimensions de la politique enseignante et propose de nouvelles mesures visant à soutenir les enseignants dans leur travail de prévention, d'atténuation et de rétablissement après des conflits et des catastrophes. Le module comprend aussi des exemples nationaux de politiques et de pratiques efficaces en matière de gestion des enseignants dans des situations de crise.

Les politiques enseignantes qui prennent en compte les effets des crises dans la profession peuvent motiver le personnel et encourager un travail de qualité. Ces politiques sont essentielles non seulement pour soutenir et protéger les enseignants, mais aussi pour les préparer à offrir aux enfants vulnérables des espaces d’apprentissage sûrs et une éducation de qualité, protégeant ainsi ce droit fondamental universel.

Le nouveau module sur l’élaboration de politiques enseignantes adaptées aux crises peut être téléchargé sur le site Web de lÉquipe spéciale sur les enseignants.

À propos du Guide pour l’élaboration d’une politique enseignante

Le Guide pour l’élaboration d’une politique enseignante est conçu comme un outil dynamique, destiné à relever les défis émergents en matière de politique relative aux enseignants. Il repose sur l’idée selon laquelle il est nécessaire d’adopter une politique enseignante globale afin d’améliorer la quantité et la qualité des enseignants. Pour permettre une éducation inclusive et de qualité, ces politiques doivent être exhaustives et intégrer différents aspects interdépendants relatifs à la profession, notamment le recrutement et la rétention, la formation, le déploiement, le parcours professionnel, les conditions de travail, la gratification et la rémunération des enseignants, ainsi que les normes d’exercice de la profession enseignante, la responsabilité pédagogique et la gouvernance scolaire. En outre, elles doivent être bien planifiées, dotées de ressources et alignées sur d’autres politiques, éducatives et non éducatives, pour garantir une mise en œuvre efficace.

Crédit photo : Sacha Myers, Save the Children