Aller au contenu principal

Repenser l’avenir : renforcer les capacités de recherche et de collaboration des enseignants au moyen d’une réforme du programme de formation des enseignants

/

Cet article de blog a été rédigé par Maria Teresa Tatto de l’Arizona State University et a été préparé pour le Secrétariat de l’Équipe spéciale internationale sur les enseignants pour Éducation 2030. Il a été initialement publié sur le site Futures of Education Ideas Lab le 23 mai 2022.


Les perturbations mondiales, qu’elles soient technologiques, économiques, sociales ou écologiques, représentent un défi en matière d’éducation durable. Pour relever ce défi, il faut repenser la façon d’organiser et de dispenser l’enseignement. En réponse, la Commission internationale sur Les futurs de l’éducation a produit un rapport essentiel, intitulé Repenser nos futurs ensemble : un nouveau contrat social pour l’éducation, qui regroupe des contributions fournies par des élèves, des enseignants, des gouvernements et la société civile. Dans un esprit d’optimisme et d’exploration du champ des possibles, le rapport appelle les sociétés à agir de toute urgence pour orienter la transformation de l’éducation, maintenant et à l’avenir.

Le rôle des enseignants pour repenser l’éducation

Le rapport met en avant le rôle transformateur et central que jouent les enseignants pour repenser l’éducation. En effet, ils contribuent à incarner la pédagogie et les programmes d’études et jouent également le rôle de médiateurs dans les opportunités d'éducation vers l’inclusion et le développement durable. Le rapport incite à renforcer l’enseignement en tant que profession et appelle les enseignants à « assumer leurs fonctions » des manières suivantes :

  1. en travaillant de manière collaborative pour fournir à chaque élève le soutien dont il a besoin pour apprendre ;
  2. en mettant en œuvre programme d'études à l’aide de pédagogies participatives et coopératives tout en gérant la technologie numérique ; et
  3. en menant des recherches éducatives pour réfléchir à leurs pratiques et produire des connaissances.

Pour aider les enseignants à jouer ce rôle central, le rapport préconise que le développement professionnel des enseignants soit un continuum riche et dynamique d’apprentissage et d’expériences. Il appelle à la solidarité publique concernant les changements plus que nécessaires à apporter aux politiques relatives à la sélection, à la préparation, aux parcours professionnels et à l’organisation des enseignants et de la profession enseignante.

L’enseignement en tant que profession collaborative et fondée sur des recherches

Les priorités définies par le rapport de la Commission sont louables et urgentes. Cependant, d’autres éléments de considération pourraient lui apporter une nuance supplémentaire, si on leur accordait plus d’importance. Le rapport pourrait relever que les programmes de formation des enseignants devront être réformés pour mieux les aligner sur les nouvelles attentes relatives aux connaissances et aux rôles des enseignants. Il est aussi important de reconnaître que l’enseignement est par nature collaboratif, et le rôle des élèves dans cette collaboration devrait être pris en compte. Par ailleurs, il convient de réfléchir davantage à ce qui est nécessaire pour préparer correctement les enseignants à jouer un rôle essentiel dans la production de connaissances et la recherche éducative.

Réformer le programme de formation des enseignants

À juste titre, le rapport recommande que les enseignants travaillent plus souvent en équipe, participent davantage à la production de connaissances, à la réflexion et à la recherche, et prennent part au débat public, au dialogue et à la politique éducative. Cependant, pour y parvenir, un examen transnational approfondi des programmes de formation des enseignants peut s’avérer nécessaire Un tel examen pourrait contribuer à définir quelles sont les possibilités d’apprentissage qui existent dans les programmes de formation des enseignants et qui peuvent soutenir l’autonomie et la solidarité des enseignants en tant que nouveau fondement dans des pays différents. La recherche peut illustrer en quoi, où et si les enseignants futurs et actuels sont prêts à s’impliquer profondément dans ces travaux critiques pendant leur formation initiale, leur développement professionnel continu et au-delà. Parmi les exemples encourageants, on peut citer les approches testées empiriquement dans des contextes en développement, telles que la Escuela Nueva Activa (ENA) et d’autres modèles d’apprentissage actif comme les classes inversées.

En outre, étant donné que les enseignants doivent se préparer à intégrer tout un éventail de nouvelles compétences dans leurs profils professionnels, une attention accrue doit être portée à d’autres formes de soutien aux enseignants. Par exemple, pour remettre en question les listes prescriptives de « choses à faire » qui, par le passé, ont caractérisé les politiques enseignantes descendantes, les enseignants doivent être en capacité d’utiliser leur voix, leur autonomie et le dialogue social par l’intermédiaire de leurs représentants ou syndicats officiels. De plus en plus, les enseignants doivent jouer un rôle de premier plan en tant qu’administrateurs et professionnels en matière d’autonomie pédagogique, de recherche et de participation publique.

Reconnaître l’importance de la collaboration entre les enseignants et les élèves

Par définition, l’enseignement n’a jamais été une pratique solitaire. En général, les enseignants collaborent non seulement entre eux mais aussi avec leurs élèves. Une étude précédente montre que l’enseignement est par nature interactif et collaboratif avec les élèves. Tous les enseignants ne gèrent pas cette ressource avec efficacité, mais un enseignement réussi passe par le respect de normes de bonne pratique telles que « obtenir et maintenir l’ordre dans la classe ainsi qu’une activité ciblée, éveiller l’attention et l’intérêt des élèves, veiller à ce que les élèves sachent ce qu’ils doivent faire, à ce qu’ils comprennent le contenu des leçons, etc. »[1]. Tout en reconnaissant l’importance de la collaboration entre les enseignants, le rapport ne tient pas compte des élèves en tant que ressource fondamentale et passe à côté d’une constatation importante : les élèves peuvent s’enseigner les uns aux autres et s’évaluer mutuellement et le font souvent, améliorant ainsi la réussite académique. Des enseignants compétents peuvent utiliser des évaluations formatives pour soutenir cette pratique, créant ainsi de véritables communautés d’apprentissage dans leurs classes. Cet aspect de l’éducation pourrait devenir une autre dimension du nouveau contrat social pour l’éducation : soutenir l’autonomie des élèves dans leur apprentissage ainsi que la collaboration avec les enseignants et les autres élèves pour favoriser de meilleurs réseaux d’apprentissage plus larges

Renforcer les capacités de recherche des enseignants

Il est également essentiel de mener une recherche collaborative à l’échelle mondiale, dans laquelle des enseignants, des formateurs d’enseignants et des chercheurs de différentes disciplines explorent divers modèles éducatifs. cette recherche devraient constituer une première étape en vue de mettre en œuvre un nouveau contrat social pour l’éducation. Il conviendrait de mettre l’accent sur la recherche-action en classe pour un changement dirigé par les acteurs et  qui serait efficace : ce terme fait référence à des méthodes de recherche évaluatives, d’enquête et analytiques conçues pour diagnostiquer des problèmes ou des failles et aider les éducateurs à élaborer des solutions concrètes. En parallèle, les enseignants doivent aussi participer davantage aux recherches académiques systématiques afin d’assurer un contrôle approprié et de permettre aux éducateurs d’influencer les politiques. Étant donné que ces deux types de recherches sont essentiels pour aider les professionnels, y compris les enseignants, à repenser un avenir meilleur pour l’éducation, il est crucial de renforcer les capacités des professionnels à mener des recherches-action et des recherches systématiques. Ces compétences sont différentes de celles nécessaires pour garantir un enseignement réfléchi, mais elles ne seront pas moins indispensables au travail professionnel des enseignants en vue de développer des pratiques d’enseignement souples et adaptées au contexte.

Crédit photo: Davide Bonaldo/Shutterstock.com